Ma journée à l’Atelier des Possibles

Préambule

Ca fait longtemps que j’ai envie d’écrire sur le quotidien à l’Atelier des Possibles… et que je me fais happer par ce quotidien sans trouver l’énergie suffisante pour insuffler les mots d’un article. Car le quotidien d’une école qui vient d’ouvrir peut donner le tournis.

Difficile aussi de prétendre pouvoir transmettre avec justesse tout ce qui se passe, tout ce qui se joue dans ces heures insolites d’une école démocratique. D’ailleurs, ce que je vais écrire ici n’est nullement comparable à ce que j’aurais pu écrire hier ou ce que quelqu’un d’autre écrirait dans une autre école. Chaque journée, chaque école, reste unique.

Quand je dis que je n’ai pas eu de temps jusqu’ici pour écrire, c’est surtout pour vous laisser imaginer l’intensité du quotidien ici. Tout s’enchaîne, se lie, se chevauche. Ca ne s’arrête pas. Et même quand l’école est fermée, ça tourne dans nos têtes (en tout cas dans la mienne) pour savoir comment on pourrait faire mieux, essayer d’analyser une situation, ou trouver des solutions à un problème en particulier. Sans parler de tout l’administratif à avancer, finaliser, reprendre… Les réunions facilitateurs, publiques, parents, … On a beau s’être préparé, avoir rédigé beaucoup de notre fonctionnement, une école démocratique est tellement vivante qu’il faut perpétuellement tout actualiser !

Cet article est une tentative d’illustrer ce tourbillon que nous vivons (tout du moins que je vis) au quotidien… Une bribe d’atmosphère, d’une journée, au hasard…

———————————-

L’arrivée

Quand j’arrive le matin vers 9h, il n’y a généralement pas grand monde. Je glisse une tête en salle “admin” et esquisse un bonjour avec un jeune calé sur une chaise, sûrement à jouer sur son téléphone. Souvent j’attrape des “bonjours” en salle info avec les premiers yeux encore fatigués qui ont choisi de laisser leurs esprits encore un peu engourdis jouer à des jeux en ligne. “Feu et eau” vous connaissez ? J’ai découvert bien des sites depuis le début de l’école !

Parfois je salue des facilitateurs en salle de vie, autour d’un thé ou d’un ordi (pour changer). On s’interroge alors sur notre moral, on partage quelques anecdotes.

Le matin

Quand je vais en salle de méditation pour endormir Elyn (déjà 4 mois !), je suis parfois surprise d’en trouver quelques uns allongés, finissant une nuit trop courte à cause d’un lever aux aurores pour attraper un bus matinal et enchaîner plus d’une heure de trajet pour nous rejoindre.

Souvent je discute avec des membres sur mon trajet jusqu’à la cuisine où je dépose mon sac de provisions, et attend que l’eau chauffe pour ma tasse de thé matinale. Des membres qui petit-déjeunent me racontent comment ils vont, comment s’est passé leur week-end, ou ce qu’ils vont faire aujourd’hui. Parfois la cuisine est utilisée à une partie de Cobo, ce jeu de cartes si difficile quand tu as envie de parler avec tes voisins car à la moindre blague tu oublies la valeur de tes cartes, information pourtant si précieuse pour ne pas perdre des points !

Les annonces

Il est déjà 10h30 et j’ai à peine pu penser à ce que je voulais partager aux annonces du matin. Et il faut aussi vérifier les présences, appeler ceux qui sont en retard pour s’assurer que tout va bien… Les annonces sont obligatoires en ce moment. Un temps de partage qui nous permet de nous assurer que chaque membre aura entendu l’information qui pourrait le concerner. C’est parti pour 15 min ensemble, parfois à lutter pour pouvoir parler sans bruit de fond, parfois partagées simplement dans la joie.

Du pop corn

Aujourd’hui j’ai organisé mon premier Pop Corn Café. Comme j’aime bien le pop corn, je me suis dit que c’était une bonne idée 🙂 Et puis c’est l’occasion d’ouvrir un espace d’échange libre, ce qui pouvait manquer à la vie de l’école rythmée par les instances plus formelles et contraintes par certains protocoles comme le conseil d’école. Heureusement pour moi, je ne suis pas la seule à aimer le pop corn 🙂 Un petit groupe reste pour échanger avec moi en cette fin de matinée. Échange philosophique ? Débat animé ? Pas vraiment… mais l’occasion quand même d’entendre certains points de vue  qui n’osent pas s’exprimer par ailleurs…

Des papiers

On me propose de m’occuper d’une partie de la montagne de papiers de demandes de Cercles de Médiation. C’est l’instance que nous utilisons pour discuter des problèmes entre des membres ou relatifs à un non respect du règlement… Et comme cela passe par un temps d’écoute, cela prend du temps, et les demandes s’entassent… Nous essayons pourtant de les saisir à bras le corps ! Mais le tas se maintient car l’outil est de plus en plus utilisé… Bref, je réussis à m’occuper de 4 demandes (dont 2 qui ont été annulées). Aider en tant que médiateur aux cercles de médiation est un rôle assez gratifiant pour moi car j’aime essayer de comprendre ce qui se joue et permettre à chacun de se sentir écouté. J’aime aussi participer à la réflexion pour essayer de trouver des idées qui pourraient aider à nourrir les besoins de chacun. En vrai, certains cas sont plus simples que d’autres… Mais l’intention est là !

Des discussions

12h20. Le temps de réchauffer de quoi manger. De discuter avec ceux qui sont en cuisine au même moment. Des membres plus grands rentrent du supermarché et m’apprennent qu’une pizza cuit 2 min au micro-onde ! Un gain de temps par rapport au four ! Et certaines marquent ne ramollissent pas trop… Pas assez pour me convaincre d’essayer tout de même ! Le déjeuner est souvent l’occasion de rentrer dans les conversations des uns et des autres, d’échanger sur des pratiques, de partager des histoires, de découvrir les passions des uns ou des autres. L’autre jour, j’ai appris ce qu’était la guerre de Sécession, et combien de temps elle avait duré… L’autre jour encore, j’ai découvert tout sur la mythologie grecque. Le nom de tous les dieux, leurs filiations, leurs légendes. C’est parfois l’occasion de faire le point avec des facilitateurs qui mangent en même temps, ou juste de s’asseoir et de faire une pause, quelques minutes.

Le conseil d’école

Et c’est déjà le temps du conseil d’école. Aujourd’hui 3 membres enfants sont là. Pas facile de mobiliser les membres pour le conseil d’école parfois, quand on voit les activités en cours. Un parcours géant grandeur nature dans toute l’école, avec des ponts à se faire passer en chaises roulantes ou un jeu d’équilibre s’installe…. Un spectacle de magie… Une école dans une école ou certains rédigent des lignes et des lignes sur des cahiers d’exercice ou au tableau… imitant l’institutrice, le bon et le mauvais élève….

Le conseil d’école c’est l’occasion de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui le bruit dans l’école. Comment faire en sorte que chacun se sente bien ? Comment respecter ceux qui ont besoin de concentration, et en même temps laisser l’exploration du jeu grandeur nature exister dans l’école ? Des échanges motivés prennent placent. Certains soutiennent, certains objectent. Les discussions se poursuivent… Les objections sont levées. Pour l’instant… Jusqu’à ce que quelqu’un propose une autre règle, un autre jour. Et alors les discussions reprendront.

De l’imagination

Parfois certaines salles sont happées par une cabane, un commissariat, une banque. Parfois un cours de maths s’étale tout l’après-midi avec comme but de redémontrer le théorème de Pythagore ou percer les mystères des équations. Parfois certains restent toute la journée derrière leur livre en bibliothèque. Parfois les jeux de balles et de lutte ont lieu dans la salle motricité. Et parfois ils débordent dans toute l’école.

Parfois on entend “C’est l’après-midi silencieuse. On parle en chuchotant”.

Et parfois on est rythmé par un bruit sourd d’une batterie depuis la salle musique.

Parfois tout le monde est entassé derrière un ordinateur. Le bruit envahit presque la salle de vie. Et parfois on est trop content d’avoir acheté des casques.

Parfois c’était à celui qui était là en premier de rester derrière l’écran. Et parfois on expérimente le “chacun son tour”, ou une limitation à 2h d’écran par personne active ou observatrice.

Parfois on se demande si tout le monde respecte la règle de non utilisation de la 3/4G dans l’école. Et parfois on a juste envie de faire confiance.

Parfois on s’interroge sur l’impact de la moquerie, qui peut être perçue comme de la violence. Et parfois on se rend compte que certains ont un grand besoin d’accompagnement pour se sentir en sécurité.

Parfois on se dit que c’est vraiment chouette d’expérimenter ensemble dans ce collectif. Et parfois on se dit qu’on n’y arrivera jamais…

Parfois on est enthousiaste, on a plein d’idées et on arrive à les réaliser.

Et parfois on est trop fatigué, on a besoin de relais sur les situations bloquées et on est bien content d’être dans une équipe nombreuse.

J’ai pu participer à une réunion pour préparer le prochain forum des passions… Discuter d’un problème administratif avec un autre facilitateur… Construire un panneau, qui hante maintenant le vide dans le couloir, indiquant “SILENCE” à tous ceux qui courent par là…

Et tous les autres moments

Je n’ai pas parlé du rangement, du ménage, des debriefs de facilitateurs… des sorties en forêts, du club journal que j’aimerais faire vivre mais qui, pour l’instant, n’arrive pas à rivaliser avec les grands jeux complexes qui envahissent toute l’école d’un seul coup… Et de tous ces autres moments uniques dans notre école démocratique.

Voilà.

Voilà quelques bribes de ma journée.

Celle d’une facilitatrice toujours aussi passionnée, un peu fatiguée certes, mais contente de pouvoir vivre ce quotidien avec chacun des membres de l’école.

Catherine

Quelques images de ce quotidien qui s’enchaine :

Laissez un commentaire

46 − = 43