Interview #2 : Loumia

Classé dans : Philosophie | 0

Cette année nous allons chercher à augmenter le nombre d’élèves de plus de 10 ans. Ils seront 13 élèves à partir de septembre. Sachant qu’une école démocratique est surtout portée par les plus grands, nous avons à cœur de compléter la troupe ! Voici donc de quoi donner envie à tous les jeunes qui nous lisent et qui hésitent encore à venir nous voir. Voici une série d’interviews de ces membres de l’école. Un bout de nous, un bout d’eux.

Cath : Salut Loumia ! Une petite interview pour ouvrir une fenêtre sur l’école et montrer qui sont ces jeunes qui la peuplent, afin peut-être d’en inspirer des nouveaux.

Cath : Comment tu te présenterais à nos lecteurs ? 

Loumia : Je m’appelle Loumia, j’ai 13 ans. Je suis une fille. J’ai les cheveux courts, je fais 1m65… (rires) Je ne sais pas trop quoi dire…

Cath : Comment es-tu arrivée à l’Atelier des Possibles ?

Loumia : Ça faisait longtemps que je voulais intégrer une école démocratique. Quand je suis arrivée au collège, ça ne m’a pas plus du tout… Avec ma mère on a fait des recherches et on a appris l’existence de cette école. On est venu visité. Ça m’a plu. Et voila, j’y suis.

Cath : C’est quoi pour toi une école démocratique ?

Loumia : Pour moi, une école démocratique c’est une école où chacun est libre d’expérimenter ce qu’il veut, et de grandir comme il veut… Enfin si je veux travailler je travaille, si je veux jouer, je joue… On est très libre et en même temps il y a quand même un cadre, et ça je trouve que c’est cool.

Cath : Du coup tu t’y sens libre. Et si quelqu’un te disais “Ben, c’est une école où les gens ne font rien” ? 

Loumia : Non, ce n’est pas une école où les gens ne font rien… Enfin, ça dépend de qui. Il y a des personnes pour qui une école démocratique c’est vraiment un endroit où ils ne travaillent pas du tout. Mais souvent les enfants ils ont envie quand même d’apprendre à lire, à écrire tout ça. Donc naturellement en fait les enfants se mettent à écrire ou lire.. ET ils apprennent comme ça.

Nous par exemple on a créé un club qui s’appelle le club intello. C’est un club de travail où toutes les semaines on va travailler sur une matière qu’on choisit.

Cath : C’est quoi le travail pour toi ?

Loumia : Il y a plusieurs types de travail. Il y a le travail ménager. Par exemple ici, il y a des personnes qui ne savent pas faire la vaisselle, ou qui ne font jamais le ménage chez elles. Donc là elles apprennent à passer l’aspirateur, à passer la serpillère. Elles apprennent à faire leur vaisselle. Et il y a aussi le travail scolaire académique, donc les maths, le français… tout ça. Il y a aussi pour moi le travail d’apprendre à vivre en collectivité, d’apprendre à vivre ensemble parce que pour des enfants uniques surtout, ceux qui vivent seuls avec leurs parents, ben ici ils apprennent à vivre ensemble. C’est sûrement aussi le cas dans une école publique. Mais d’autant plus ici.

Cath : Tu es arrivée il y a longtemps dans l’école ?

Loumia : Je suis arrivée en septembre, au début de l’année.

Cath : T’es plutôt satisfaite ? Insatisfaite de l’école ? C’est quoi ton opinion générale ?

Loumia : Il y a encore des choses à changer dans l’école mais ça se fera en son temps.

Cath : Tu veux dire quels sont les trucs à changer ?

Loumia : Il y a certains fonctionnements qui ne me plaisent pas trop. Par exemple, les RR (l’instance qui s’occupe de gérer les infractions au règlement). C’est un principe de dénonciation, amical, mais ça reste un principe de dénonciation… j’aime pas trop…

Cath : Des choses avec lesquelles tu te sens moins à l’aise et que tu ferais évoluer ?

Loumia : Oui.

Cath : Qu’est ce qui est le plus important pour toi dans ton école ?

Loumia : Pour moi le plus important c’est que chacun puisse faire ce qu’il veut dans le respect des autres. Qu’il y ait de l’amitié, qu’on s’entende bien et tout ça.

Cath : Qu’est ce qui manque en ce moment ici ?

Loumia : Ça manque d’ados. La plupart des jeunes ont entre 5 et 9/10 ans. Il y en a qui sont grands mais ça manque. Je me sentirais plus à l’aise avec plus de collégiens. Pour avoir plus de choix, plus de groupes d’ados pour être sûr de s’entendre bien avec certains.

Cath : Est ce que tu veux nous dire quel est ton quotidien ici ?

Loumia : Je m’amuse. Je travaille. Je fais ma cuisine. Je rigole avec les autres. Au feeling.

Cath : Une de tes passions ?

Loumia : J’adore dessiner…

Cath : Tu dessines quoi ?

Loumia : Plutôt des personnages réalistes au crayon. Et aussi un peu maintenant de la facilitation graphique.

Cath : Tu dis ça en souriant parce qu’on a eu un atelier sur ça ?

Loumia : Ouais 🙂

Cath : Est ce que t’aurais un dessin qu’on pourrait utiliser pour illustrer l’interview ?

Loumia : Oui  pourquoi pas !

Cath : Pourquoi conseillerais tu à quelqu’un de venir ici ?

Loumia : Parce qu’on a beaucoup de liberté et que chacun peut faire ce qu’il aime dans le respect des autres. Si je veux dessiner je dessine. Si je veux jouer, je joue. Il y a beaucoup de possibilités et il suffit de se donner les moyens pour les mettre en place. On peut faire ce qu’on veut mais ça n’arrive pas non plus comme ça. Du coup on apprend aussi la persévérance, à continuer même si c’est pas toujours facile… Tout ça !

Cath : Avant de te poser la dernière question, je voudrais juste revenir sur quelque chose qui n’est pas courant dans notre école. Toi, tu ne rentres pas tous les jours chez toi. Est ce que tu veux parler de ça un peu ?

Loumia : Moi j’habite loin de l’école. Du coup je dors chez un facilitateur pas loin de l’école du lundi au jeudi. J’arrive le lundi matin et je dors 3 soirs chez un facilitateur. Jeudi soir je rentre chez moi.

Cath : Et c’est pas un peu dur de ne pas être chez toi ?

Loumia : Non. Ça fait du bien de relâcher un peu. J’ai fait 1,5 ans d’école à la maison et du coup je voyais ma mère et ma soeur tous les jours. Ça générait pas mal de tension.  Du coup maintenant comme je les vois moins, ça me saoule moins quand je les vois 🙂

Cath : Une citation que t’aimes bien ?

Loumia : A l’école quand on m’a demandé ce que je voulais faire plus tard. J’ai dit “être heureuse”. On m’a répondu que j’avais pas compris la question. J’ai répondu qu’il n’avait pas compris la vie.

Cath : Quel livre lis tu en ce moment ?

Loumia : Je lis 2 livres parce que j’attends le 4e tome d’un livre qui s’appelle “La Passe-miroir Tome 4: La tempête des échos” de Christelle Dabos mais qui n’est pas encore sorti. Alors je me divertis avec d’autres bouquins.

Loumia

Laissez un commentaire

60 − = 58